Se connecter
Chargement ...

Questions au docteur Stéphane Guérif

Publié le
Lundi 04 Juin 2012 à 15:11

Questions au docteur Stéphane Guérif 

 

La curiethérapie est une technique de traitement des cancers par irradiation exclusivement à visée curative, dans des indications précises. Elle utilise des sources radioactives disposées au contact ou implantées dans la tumeur pour y délivrer une forte dose d'irradiation dans un volume-cible limité.
La commission innovation a choisi de soutenir à hauteur de 30 000 euros le projet de curiethérapie à haut débit de dose multi-fractionnée dans les indications de curiethérapie interstitielle en situation de recours régional, présenté par le docteur Stéphane Guérif.


CHU Infos : Avant d'évoquer la curiethérapie à haut débit, quel bilan faites-vous de la curiethérapie à bas débit dont vous avez été l'initiateur au CHU de Poitiers '
Dr Stéphane Guérif : Parmi les traitements de curiethérapie à bas débit, la curiethérapie par implants permanents à iode 125 a été le principal traitement innovant que nous avons développé pour le traitement du cancer de la prostate localisé. Le 1er patient à en bénéficier a été accueilli en mars 2000. A ce jour, 960 patients ont reçu ce traitement qui représentait une alternative sérieuse aux traitements par chirurgie (prostatectomie radicale) ou par radiothérapie. Le taux de guérison à dix ans s'est révélé meilleur que la radiothérapie et équivalent à la chirurgie. La curiethérapie de prostate à iode 125 est à présent un traitement de référence validé pour les cancers intra-prostatiques.

CHU Infos : Comment êtes-vous venu à la curiethérapie à haut débit et quels en sont les principes '
Dr Stéphane Guérif : Depuis 2006-2007, période de crise sanitaire après deux accidents d'irradiations, le plan cancer a favorisé le développement de techniques d'irradiations de précision pour augmenter le taux de guérison, réduire le risque de complications et de cancers radio-induits.
La curiethérapie robotisée à haut débit (HDR) par son utilisation per opératoire sous contrôle humain, d'imagerie 3D en temps réel (échographie, fusion IRM), de logiciel de dosimétrie 3D est une alternative aux techniques innovantes de radiothérapie dans des indications précises. Cette curiethérapie utilise un robot, qui pilote une source d'iridium miniaturisée, dans les vecteurs posés par une technique mini-invasive sous anesthésie. Le projecteur contrôle la vitesse de la source cheminant dans l'organe atteint selon sa position par rapport à la tumeur ou aux organes à protéger. Cette technique requiert une unité de curiethérapie spécialisée pour contrôler le risque de cette activité sensible. Le CHU dispose d'un plateau technique doté d'une salle d'application protégée où se déroule la pose des vecteurs sous imagerie 3D et les séances d'irradiation délivrées deux fois par jours. Cette activité repose sur une équipe spécialisée en curiethérapie (binômes médecins, radio-physiciens, manipulateurs en électroradiologie).
Ce qui m'a amené à cette technique c'est, bien évidemment, cette précision et également le gain potentiel en qualité de vie pour les patients. La curiethérapie HDR s'accompagne d'une réduction du temps d'irradiation et d'un temps d'hospitalisation plus court. Le nombre de transports pour une prise en charge du cancer de la prostate a été diminué d'un tiers en associant la curiethérapie à la radiothérapie. La curiethérapie de la cicatrice vaginale après hystérectomie est à présent réalisée en ambulatoire. L'hospitalisation complète en chambre plombée a été abandonnée pour une hospitalisation classique de semaine permettant une radio protection complète du personnel soignant. Le patient est connecté deux fois par jour au projecteur pour une hospitalisation de trois jours pour un complètement après radiothérapie ou sur cinq jours pour une curiethérapie exclusive.

CHU Infos : Quelles sont les indications mais aussi les effets secondaires de ce traitement '
Dr Stéphane Guérif : Les indications sont identiques à celles de la curiethérapie à bas débit.
Cette activité a démarré au CHU en avril 2010 pour les cancers de l'utérus et de la prostate. A ce jour, 200 patients ont ainsi été traités par curiethérapie HDR. Le retour d'expérience de la population et de nos correspondants nous conforte dans la poursuite de ce choix thérapeutique. Les progrès en imagerie, en informatique et la miniaturisation de la source permettent d'envisager des nouveaux sites d'implantation de vecteurs dans la tumeur pour délivrer une surimpression tumorale associée à la radiothérapie.
Nous allons désormais mettre en place la curiethérapie interstitielle HDR qui, à termes, portera sur les localisations suivantes : cancers gynécologiques, prostatiques localement avancé, cutanés, ORL, digestifs et le traitement des chéloides.Concernant les effets secondaires, la toxicité aigue est moindre que celle du bas débit. Nous poursuivons une évaluation prospective carcinologique et de l'impact sur la qualité de vie de ce traitement sur la cohorte prospective du CHU.

CHU Infos : Quelles perspectives cette technique ouvre-t-elle '
Dr Stéphane Guérif : La mise en oeuvre de cette technique va d'abord permettre de proposer à la population une irradiation de haute technicité de recours promue dans le cadre du plan cancer. La curiethérapie interstitielle va apporter un gain thérapeutique pour les cancers localement avancés mieux définis par la dosimétrie sur échographie avec fusion IRM ou TEP.
La curiethérapie est une discipline transversale. Elle vient en complément de la chirurgie et de la radiothérapie. L'avenir de la curiethérapie réside dans la curiethérapie per et péri-opératoire. Les vecteurs seront posés par le chirurgien au contact du lit opératoire. La curiethérapie interstitielle viendra en soutien au geste chirurgical et à la radiothérapie soit pour préserver un organe critique (nerfs), soit permettre une escalade de dose dans des organes sensibles à l'irradiation ou déjà irradiés (digestif). Sur le plan de la recherche, le CHU va participer au projet de soutien aux techniques innovantes et coûteuses (STIC) conduit par le professeur Olivier Chapet des CHU de Lyon sur l'évaluation de la radiothérapie associé à la curiethérapie HDR dans le cancer de la prostate. Nous travaillons sur la fusion de l'échographie per opératoire en temps réel avec IRM ou le TEP à la choline en collaboration avec les professeurs Tasu et Perdrisot pour une surimpression focale de la tumeur prostatique. Nous avons proposé une évaluation multicentrique de la curiethérapie HDR multi-fractionnée dans les cancers du col dans le cadre du programme d'actions intégrées de recherche 2012.

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 17 heures
a rejoint le réseau CH de Die Drôme Rhône-Alpes
 
il y a 19 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
il y a 2 jours
a créé un nouveau document
 
il y a 2 jours
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau AP-HP Hôpital Beaujon.
 
il y a 5 mois
a publié un nouvel article : Le match de Bonaldi dans What's Up Doc ?
 
a rejoint le réseau Clinique Pasteur Toulouse
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux