Se connecter
Chargement ...

Le plan cancer en 5 points

Publié le
Mardi 04 Février 2014 à 16:16

Le troisième plan cancer a officiellement été lancé. D'une durée de 5 ans, il doit combattre la maladie qui tue aujourd'hui 150.000 personnes en France, par an. Selon François Hollande, 5 millions de familles françaises sont ou ont été confrontées un jour à ce fléau.

Prévention, traitement, suivi post-maladie... Plusieurs mesures concrètes ont été annoncées. Les voici en 5 points.

Le cancer du poumon est le plus meurtrier, et ce, malgré les programmes de lutte répétés.

Autre constat : il y a plus de fumeurs qu'avant le deuxième plan cancer, mené entre 2009 et 2013. Les fumeurs réguliers représentent aujourd'hui 33% de la population française contre 30% avant. Objectif fixé par François Hollande : que cette proportion chute à 20% en 2019.

Côté prévention, une campagne devrait bientôt marteler cette phrase choc : 'en fumant à 17 ans, on prend le risque de mourir avant 60 ans'.

Le chef de l'Etat a aussi affirmé que le prix des cigarettes continuera à augmenter et le surplus engrangé par les taxes sera affecté à la prévention, à la prise en charge des malades et à la recherche.

Enfin, les fumeurs de moins de 30 ans pourront recevoir 150 euros par an pour acheter des substituts nicotiniques et arrêter le tabac. Avant, cette mesure ne s'adressait qu'aux moins de 25 ans.

Plus de 1.000 femmes meurent chaque année du cancer du col de l'utérus pour 3.000 cas diagnostiqués. François Hollande veut éradiquer ce cancer grâce au doublement de la couverture vaccinale, aujourd'hui proposée aux jeunes filles avant leur premier rapport sexuel.

Pour les adultes, François Hollande souhaite un dépistage tous les trois ans qui devra concerner 80% des femmes contre 60% aujourd'hui. Rappelons qu'il consiste en un simple examen indolore et rapide, le frottis, qui se déroule chez le gynécologue. Cette seule mesure devrait réduire la mortalité de 30% en 10 ans.

1,5 milliard d'euros seront affectés au plan. C'est un budget à peu près équivalent au deuxième plan lancé sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

'Le risque de mourir d'un cancer entre 30 et 65 ans est deux fois plus élevé chez les ouvriers que chez les cadres', souligne François Hollande. Pour ce troisième plan de lutte contre le cancer, la lutte contre les inégalités est un axe fort. Concernant les examens, comme les IRM (Imageries par résonance magnétique), il prévoit par exemple de généraliser l'accès à et de diminuer de 27 à 20 jours le temps moyen d'attente 'où que l'on réside'. Pour ce seul sujet, quinze millions d'euros seront affectés aux régions sous-équipées.

L'Etat prévoit de doubler le nombre d'essais cliniques en cinq ans, les faisant passer de 25.000 à 50.000. François Hollande souhaite qu'ils concernent 'tous les cancers et notamment les 1.700 cancers pédiatriques et toutes les régions, notamment celles qui sont aujourd'hui les moins concernées', a précisé le chef de l'Etat.

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
a créé un nouveau document
 
il y a 8 heures
a rejoint le réseau CH Andrée Rosemon
 
il y a 8 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 8 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 10 heures
a créé un nouveau document
 
 
il y a 11 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 13 heures
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau CH du Nord-Mayenne
 
il y a 13 heures
a rejoint le réseau MAIRIE DE ST GENIS POUILLY
 
il y a 13 heures
vient de créer un nouveau réseau MAIRIE DE ST GENIS POUILLY
 
il y a 15 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a rejoint le réseau CSSR de Caudebec
 
il y a 16 heures
vient de créer un nouveau réseau CSSR de Caudebec
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux