Se connecter
Chargement ...

Communique De Presse Lundi 1 000e greffe de rein au CHRU de BREST

Publié le
Mardi 22 Mai 2012 à 15:46

Communique De Presse

Lundi 5 mars 2012

1 000e greffe de rein au CHRU de BREST

 

 

La greffe de rein change chaque année en France la vie de milliers de personnes.

Le 26 décembre dernier, les équipes du CHRU de Brest ont effectué la 1000è

greffe de rein. Le patient va bien et après neuf jours d’hospitalisation il a pu

regagner son domicile.

 

La transplantation rénale à Brest : historique. La transplantation rénale a débuté à Brest en 1984. Après une montée en puissance progressive, l’activité de greffe s’est stabilisée autour de 30 à 40 greffes par an. En 2009 et pour la première fois le chiffre de 50 greffes par an a été dépassé (51) et l’année 2011 a vu le chiffre record de 56 greffes.  A ce jour près de 700 patients ont encore un greffon fonctionnel et constituent la cohorte de transplantés rénaux prise en charge par le service.

L’attractivité régionale du service de Néphrologie  de Brest en ce domaine est très forte ; nous greffons bien sûr tous les patients du secteur sanitaire avec un taux de fuite inexistant (sauf double greffe rein/pancréas qui se font à Nantes). Mais nous greffons également la totalité des patients de Quimper et Lorient, une partie des patients de St Brieuc, de Vannes, de Pontivy.

La transplantation rénale : une renaissance pour le patient.

La transplantation rénale  s’adresse aux patients insuffisants rénaux chroniques c'est-à-dire à des patients souffrant de pathologies rénales ayant progressivement détruit leur rein. La transplantation rénale constitue le seul traitement de l’insuffisance rénale chronique. L’hémodialyse ou la dialyse péritonéale sont des traitements de suppléance qui ne se conçoivent  qu’en attente de transplantation ou chez des patients heureusement rares qui présentent des contre indication formelles à la transplantation. Toutes les études ont montré que la transplantation apportait un net bénéfice en termes d’espérance de vie et de qualité de vie par rapport à l’hémodialyse.

La transplantation rénale : un enjeu de santé publique.

L’insuffisance rénale chronique est une lourde charge pour le système de santé Français. La transplantation rénale permet de diviser le cout annuel par 4 après la première année de greffe. C’est donc une priorité nationale.

La transplantation rénale : une activité de pointe pour Brest.

En France seuls les CHU sont autorisés à pratiquer  la transplantation d’organe. Une des raisons principales est la nécessité de posséder un plateau technique et des compétences de pointe dans de nombreux secteurs d’activité : anesthésie-réanimation, chirurgie, biologie, biothérapie. Ainsi la transplantation rénale bénéficie de l’utilisation du robot pour les prélèvements de rein sur donneur vivant,  des dernières techniques innovantes pour le suivi immunologique (recherche d’anticorps par technique  single antigen luminex) du dosage sanguin de médicament en spectrométrie de masse, de l’utilisation de molécules antirejet innovantes avant leur mise sur le marché.

La transplantation rénale à Brest: un travail d’équipe.

L’activité de transplantation rénale au CHRU est un vrai travail d’équipe : équipe de la coordination des prélèvements d’organes, services de réanimation, anesthésistes, laboratoires spécialisés (bactériologie, virologie, parasitologie, immunologie, histocompatibilité, biochimie-pharmacologie, pharmacie, etc.), chirurgiens urologues et vasculaires, néphrologues. L’activité de prélèvement d’organes et de greffe se faisant souvent la nuit c’est une mobilisation 24h sur 24 de tous les acteurs qui est nécessaire. Le laboratoire d’histocompatibilité a été crée à Brest par le Dr Saleun en 1973  sous l’égide du Pr Dausset, prix Nobel de médecine, qui avait décrit quelques années plus tôt le système HLA, complexe majeur d’histocompatibilité chez l’Homme. Ceci a permis en collaboration

étroite avec le Dr Bourbigot et le Dr Fournier de réaliser dès 1984 les premières greffes de rein à Brest. La définition précise de la carte  d’identité biologique, fruit de la maîtrise des connaissances fines de l’immunologie et de la génétique moléculaire a permis tout au long de ces 28 dernières années de choisir pour ces1000 greffes la meilleure compatibilité entre le donneur et le receveur ,et d’assurer ainsi à long terme la meilleure survie du greffon .Les progrès de la greffe rénale au cours de ces 50 dernières années sont dus aux progrès de la chirurgie  ,à ceux de la médecine avec la découverte de médicaments anti rejet puissants et aux progrès de l’histocompatibilité ou la connaissance génétique extraordinairement précise du donneur et du receveur permet de rationaliser et d’organiser l’optimisation du choix des greffons.. Ces  progrès ont permis également aux patients hyperimmunisés d’avoir l’espoir de pouvoir  bénéficier d’  une greffe.

Aspect chirurgical de la greffe rénale : une intervention délicate, un travail d'équipe

La greffe du rein du donneur sur le receveur insuffisant rénal est une intervention chirurgicale délicate  dont la réussite détermine le devenir du patient greffé. Il s'agit de greffer le rein qui comporte une artère et une veine pour assurer la circulation sanguine à l'intérieur de l'organe, et un uretère pour l'évacuation de l'urine fabriquée par le rein. Chez le patient receveur le rein est implanté dans la partie inférieure de l'abdomen là ou il est plus facile de mettre en contact les vaisseaux du rein avec ceux du receveur  et à proximité de la vessie pour y  connecter l'uretère.  Le rôle des chirurgiens est également important avant et après la greffe: sélection des patients chez qui la greffe sera réalisable et parfois effectuer les opérations nécessaires pour améliorer la qualité des vaisseaux ou de l'appareil urinaire, assurer le suivi chirurgical après l'intervention.

1984 : le programme de transplantation rénale débute à Brest sous la responsabilité du Professeur Bourbigot, néphrologue, et la première greffe est réalisée avec succès par le Dr Raut. En 2012, 28 ans plus tard, la greffe chirurgicale du rein, effectuée par les chirurgiens urologues, est devenue une opération presque routinière mais cependant toujours exceptionnelle pour celui qui la réalise, au moment ou le rein du donneur,  branché sur le receveur reprend vie instantanément.  Année après année l'opération est devenue plus complexe essentiellement par l'altération des vaisseaux du rein du donneur et/ou du receveur, souvent plus âgés. Cela nécessite alors l'expertise des chirurgiens vasculaires pour opérer en équipe avec les chirurgiens urologues et permettre ainsi la réussite de l'opération.

Au moment de la 1000è greffe de rein force est de constater que l'esprit d'équipe qui a animé les dizaines de chirurgiens urologues et vasculaires qui ont participé à ce programme au service des patients insuffisants rénaux pendant 28 ans, a été déterminant pour sa réussite. Esprit d'équipe également entre  les chirurgiens et les médecins anesthésistes réanimateurs, les médecins néphrologues, les biologistes, les radiologues, ainsi que les personnels paramédicaux omniprésents à toutes les étapes du prélèvement d'organe et de la transplantation.

La transplantation rénale à Brest: un long travail de suivi en réseau.

Les transplantés rénaux nécessitent un suivi très régulier. La constitution du dossier pré-greffe constitue une première étape nécessitant une étroite collaboration entre les services adressant les patients (centres de dialyse de Quimper, Lorient, St Brieux, Vannes, Pontivy, AUB, clinique brestoise).  Après une hospitalisation initiale de 10 à 15 jours (sauf complications), les nouveaux transplantés reviennent en consultation deux fois par semaines pendant 6 semaines puis deux fois par mois jusqu'à  trois mois. Ensuite le rythme des consultations est allégé en fonction de l'état clinique du patient. Dès que possible, les patients provenant de centre de dialyse en dehors de Brest sont  suivis en consultation alternée avec les néphrologues de ces centres. Cette organisation implique une importante activité de consultation externe et une coordination régionale.

La transplantation rénale à Brest: un domaine de recherche.

La transplantation rénale constitue un large domaine de recherche aux confins de nombreuses spécialités chirurgicales et médicales.  Depuis 2007 Brest a rejoint le groupe Spiesser (13 centres de transplantations rénales en France), la base de données cliniques en greffes rénales Astre (10 CHU), et le consortium européen de recherche sur la génétique de la transplantation. Toutes ces collaborations sont le socle d’essais cliniques et de recherche sur la transplantation. Le service de néphrologie de Brest a centré son activité ces dernières années sur trois axes :

- Pharmacologie des immunosuppresseurs :

Il s’agit d’études cliniques comparant des stratégies thérapeutiques immunosuppressives, d’études de suivi thérapeutique pharmacologique des immunosuppresseurs, de recherche en pharmacogénétique : études des gènes modifiant la pharmacocinétique, l’efficacité ou la  tolérance. Ces travaux ont été présentés sur invitation ou sélection dans les congrès américains et européens et

depuis 2007 ont fait l’objet de  13 publications internationales.

- Transplantation rénale du sujet âgé :

La transplantation rénale peut se faire à tout âge. Nous greffons des patients jusqu’à 75 ans. L’équipe du CHRU de Brest est leader sur ce domaine en France et en particulier gère un large protocole national sur la greffe du sujet âgé (PHRC national 2009) qui a déjà inclus plus de 200 patients. Il s’agit d’étudier les critères de succès et la meilleure stratégie immunosuppressive dans cette population particulière et fragile.

- Le lymphocyte B dans le rejet humoral de greffe :

Cette thématique est menée en collaboration avec le laboratoire d’immunologie, au sein de l’EA 2216 dirigée par le Pr Pers. Ce travail tente de comprendre les anomalies fonctionnelles du lymphocyte B chez certains patients greffés et leurs rôles dans la survenue du rejet humoral pouvant conduire à la perte du greffon. C’est une thématique majeure, pouvant conduire à la mise en évidence de biomarqueurs prédictifs de rejet humoral et d’envisager de nouvelles approches thérapeutiques.

La transplantation rénale à Brest : les projets.

L’activité de transplantation rénale à Brest peut encore progresser. Dans ce but il faut augmenter le nombre de prélèvements d’organes et diversifier l’origine des greffons. A côté des donneurs décédés par mort encéphalique dont le nombre continue de progresser grâce à la remarquable efficacité de la coordination des prélèvements de l’hôpital, il faut augmenter le nombre de transplantation à donneurs vivants et créer l’activité de prélèvement à partir de donneurs décédés par arrêt cardiaque.

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 13 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 14 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 14 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 15 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 15 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 17 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 20 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau CH de Voiron
 
 
vient de créer un nouveau réseau COMMUNE DE MESQUER-QUIMIAC
 
 
vient de créer un nouveau réseau MAIRIE DE LE VAUDOUE
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux