Se connecter
Chargement ...

Mort du premier porteur de coeur artificiel : un échec ? Non, un progrès pour la médecine

Publié le
Mardi 04 Mars 2014 à 16:48
Publié le 04-03-2014 à 12h48 - Modifié à 12h48

Je réagis | 971 lu

Temps de lecture Temps de lecture : 2 minutes

Avatar de Hervé Douard

Par Hervé Douard
Cardiologue
 

LE PLUS. C'était une première mondiale. En décembre dernier, un coeur artificiel avait été implanté sur un homme de 76 ans souffrant d'une insuffisance cardiaque terminale. Ce patient est mort ce dimanche 2 mars. Faut-il alors parler d'échec ? Certainement pas, explique Hervé Douard, cardiologue au sein du CHU de Bordeaux.

Édité par Hélène Decommer  Auteur parrainé par Sébastien Billard

PARTAGERPartager sur Facebook2Partager sur Twitter2Partager sur Google+0Partager sur Linkedin0Envoyer cet article à un ami
RÉAGIR0

 

La société Carmat avait mis au point le coeur artificiel transplanté en 2013. On en voit une partie ici (FRANCK FIFE/AFP)

 

Bien sûr, le décès du malade ayant bénéficié en décembre dernier de la première implantation du cœur artificiel de la société Carmat est terrible pour sa famille. Peut-être aussi aux yeux des médias.

 

Il n'en demeure pas moins que ce premier essai clinique, et le fait qu'il ait été probant pendant trois mois, représente une avancée considérable pour la médecine. La science avance à petits pas, et plusieurs ont été franchis grâce à ce patient.

 

Sans transplantation, le patient serait mort plus tôt

 

Ce cœur artificiel n'a pas été implanté à n'importe qui, n'importe quand. Il a été testé pendant de nombreuses années avant d'être implanté sur un homme. Il répond à un protocole médical précis et rigoureux.

 

Le patient et sa famille étaient avertis et conscients des risques. Ils ont accepté l'expérience en connaissance de cause, étant entendu que sans transplantation, l'homme allait de toute façon mourir quelques semaines plus tard.

 

Pour ce genre de projet, les médecins choisissent des personnes très âgées et déjà condamnées par la maladie. Ils ont des âmes de chercheurs combinées à une éthique sans faille.

 

La science avance à petits pas

 

La première transplantation cardiaque, réalisée en 1967 en Afrique du Sud, avait tenu 18 jours. Puis il y en a eu d'autres, comme celle faite par le professeur Christian Cabrol à Paris, en 1968 (elle n'a tenu que quelques dizaines d'heures). Depuis, c'est devenu une opération assez courante.

 

En théorie, le cœur artificiel mis au point par le professeur Alain Carpentier aurait pu tenir des années. Il faut maintenant comprendre pourquoi ça n'a pas marché, des analyses approfondies sont en passe d'être menées.

 

Ce professeur et son équipe sont des pionniers, il faut saluer leur travail. D'ailleurs, en janvier dernier, j'étais au congrès annuel de cardiologie et j'ai pu constater que la profession lui a décerné une standing-ovation. C'est symptomatique du progrès accompli.

 

Oui, la médecine a progressé grâce à ce patient

 

Cette transplantation de cœur artificiel, en dépit du décès du patient après 75 jours, peut donc être considérée comme un succès et une avancée. Cet homme a participé à la progression de la médecine.

 

 

 

Propos recueillis par Hélène Decommer.

 

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 15 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 17 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 17 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 19 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 22 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau CH de Voiron
 
 
vient de créer un nouveau réseau COMMUNE DE MESQUER-QUIMIAC
 
 
vient de créer un nouveau réseau MAIRIE DE LE VAUDOUE
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux