Se connecter
Chargement ...

Rappel : Parution de l’ouvrage Témoins de passage, passage de témoin

Publié le
Dimanche 03 Juin 2012 à 14:48
CHU de Dijon
Réseau public -
10
- Ets' publics

Janvier 2012

Communiqué de presse 

Rappel : Parution de l’ouvrage

Témoins de passage, passage de témoin

 

Ce bel ouvrage réunit des textes rédigés par certains agents du CHU (soignants, médicaux, techniques, éducatifs, administratifs,…) et des photographies des services de l’Hôpital Général et du Bocage 62, avant leur déménagement, qui ont été choisies par les personnels.

Il invite à redécouvrir ou à découvrir autrement l’établissement, au-delà de la maladie et du soin  comme simple geste technique, au cours des décennies qui ont précédé le passage historique que représente l’ouverture de Bocage Central. 

Ce livre, tant documentaire qu’artistique, est empreint d’émotions. Il s’avère également enrichissant pour qui s’intéresse à l’histoire et à l’évolution du CHU de  Dijon mais aussi plus largement à celles de toute la communauté hospitalière. 

Cette publication de 140 pages est vendue au prix de 9 €, vente dont le CHU ne tire aucun énéfice puisque son produit est destiné uniquement à rembourser les couts de fabrication des exemplaires commandés par l’établissement. 

Le livre « Témoins de passage, passage de témoin » est en vente :

- sur commande auprès du CHU de Dijon en téléchargeant le bon de commande disponible sur son site internet (www.chu-dijon.fr, rubrique « Actualités ») ou en contactant directement le service communication au 03 80 29 57 44

- auprès de la Librairie Lib de L'U (17, rue de la Liberté à Dijon)

 

Quelques Extraits… 

« Au risque de paraître avoir le même âge ou presque que l’Hôpital Général, je vous parle de

pratiques que les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître. (…).

Vous, qui ouvrez des kits à longueur de journée, kit pansement, kit suture, sachet de compresses,

seringues à usage unique… Vous imaginez-vous devant des stocks de gaze à plier en compresses,

des rouleaux de pansement américain à découper avec des ciseaux, dont les dimensions étaient sans doute adaptées, mais pas le fil de lame, à s’en faire des ampoules aux doigts.

(…)

Qui se souvient de l’aiguisage des aiguilles sur les joints des paillasses de la salle de soins ?

Faire des intramusculaires avec ces engins-là était un savant dosage d’adresse et de

puissance. (…)

Parlons-en des piqûres ! (…) Tendre la fesse d’une main, de l’autre pointer et transformer l’essai, tout cela sans toucher au piston, hygiène  oblige, et en évitant qu’il ne glisse et s’écrase parterre avant que le liquide thérapeutique n’ai pénétré le postérieur du pauvre malade. »

Evelyne, Avant le tutorat

 

J’ai connu, en urologie, des chambres à une quinzaine de personnes, des hommes. C’était une immense salle, au deuxième étage, sous les toits, avec des délimitations, des boxes. Il s’agissait d’hommes âgés. Ils avaient tous fait la guerre et avaient des expériences en commun. Il y avait une grande table pour le petit-déjeuner et, l’après-midi, ils  jouaient aux cartes, au tarot, se racontaient leurs histoires. Il y avait une ambiance pas possible mais, au niveau intimité, rien !

 

Chantal, Recueil de mémoire, Groupe Soignants

 

Nous avions tous entre vingt et trente ans, nous étions de nuit, douze heures, 3/3, trois nuits de travail, trois de repos. Et après les tours de soins, venait le temps du repas. L’été, les fenêtres  ouvertes, on s’interpellait d’un bâtiment à l’autre. On passait dans le service d’à côté, parfois par les toits, pour surprendre. (…) Nous arrivions à tout faire, travailler et rire, jamais seuls et, quelquefois, nous avions le soutien d’un malade.

(…) L’hôpital n’était pas silence, et à ceux qui osaient se plaindre, le chef de service répondait « vous n’êtes pas ici pour vous reposer ! »

Frédérique, Des rires et des droits

 

 

En 1962, c’étaient les premières ambulances. La profession d’ambulancier n’existait pas, on se formait sur le tas. J’ai passé le certificat de capacité d’ambulancier par équivalences en 1972, quand c’est devenu obligatoire. J’ai travaillé dix ans sans formation. On avait le brevet de secouriste, c’était obligatoire.

(…) On sortait en ambulance sur appel de la Place Suquet. On dépendait de la Place Suquet et on était payé par la Préfecture, pas par le CHU.

(…) Au début, conduire vite était important. Dans une ambulance, on avait une boite de compresses, du coton cardé et deux bandes Velpeau, une attelle pour les fractures de tibia.

C’est tout ce qu’on avait comme matériel. Le but était donc d’aller chercher vite et de ramener vite… (…) Le SAMU, ouvert en juin 1970, a été le deuxième ou troisième en France. On était

à la pointe. On avait une certaine fierté.

(…) Sur le lieu d’intervention, on n’avait pas beaucoup le temps de penser. On agissait. François, Recueil de mémoire, Groupe Accueil patients Partir pour un ailleurs... La salle des internes qui fait penser à la tour de garde d’un aéroport ; Les passerelles qui évoquent celle d’un grand magasin à Paris ; Les ascenseurs qui grincent comme les trains qui arrivent en gare ; Le hall immense où toutes les langues s’entrecroisent. (…) Le soir, du patio montent des voix qui évoquent les soirs d’été en Italie. (…) C’est neuf, c’est beau et ça vous monte à la tête.

 

Bernadette, Partir pour un ailleurs

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 4 heures
a rejoint le réseau CH DE SAINT-BRIEUC
 
il y a 4 heures
a mis à jour le réseau VILLE DE LINAS
 
il y a 4 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 4 heures
a rejoint le réseau VILLE DE LINAS
 
il y a 4 heures
a mis à jour le réseau VILLE DE LINAS
 
a créé un nouveau document
 
il y a 5 heures
a mis à jour le réseau VILLE DE LINAS
 
a créé un nouveau document dans Ingénieur informatique - RÉSEAU SOCIAL PUBLIC
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
 
il y a 15 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 15 heures
a rejoint le réseau Hôpital Villiers Saint Denis
 
il y a 15 heures
vient de créer un nouveau réseau Hôpital Villiers Saint Denis
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
a mis à jour un document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau Secrétaire Médicale
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux