Se connecter
Chargement ...

La médecine libérale rêvée par les jeunes - Choc des générations à la Grande-Motte.

Publié le
Lundi 02 Juin 2014 à 14:54
Télécharger

Une formation rénovée et transversale, avec plus de stages en ambulatoire, un exercice regroupé... Un débat consacré à l’avenir de la médecine libérale a révélé de profondes divergences entre la vision des étudiants et internes en médecine, en quête de renouveau, et celle des praticiens déjà installés.

Les deuxièmes rencontres pour une Santé durable qui se sont déroulées le week-end dernier à La Grande- Motte (Hérault), ont été le théâtre d’une confrontation animée entre deux générations de praticiens libéraux, lors d’un débat consacré à l’avenir de la médecine de ville. Organisateur de l’événement, le Dr Jean-Paul Ortiz, président de l’URPS-médecins libéraux Languedoc-Roussillon a rappelé la nécessité de réfléchir à « une offre de soins durable » et a exhorté les représentants des jeunes médecins présents dans la salle à « l’impertinence », afin d’alimenter les échanges voire la controverse. Obéissants, étudiants, internes et chefs de clinique ont défendu avec vigueur leur vision de la médecine libérale, aux antipodes de celle pratiquée aujourd’hui.

La formation médicale est le sujet sur lequel s’opposent le plus les médecins en devenir, désireux de changement, et les praticiens installés. Si tous s’accordent à reconnaître les limites du numerus clausus (sélection drastique et pas toujours opportune, taux de redoublement et d’abandon élevé avant les épreuves classantes nationales), les avis diffèrent sur les conséquences de ce système sur la démographie médicale. « Non content d’assassiner nos gamins, le numerus clausus crée un formidable appel d’air pour les médecins étrangers », dénonce le Dr Ortiz. « Sur les 18 filières de spécialités médicales, 52 % seulement des diplômés proviennent des universités deFrance, réalité qu’on occulte complètement », confirme le Pr Robert Nicodème, président de la section« Formation et compétences médicales » de l’Ordre (CNOM). Les médecins étrangers, frein à l’installation des jeunes ? Cette vision des choses consterne ces derniers. « Le taux d’installation en libéral est le mêmeen 2013 qu’il y a dix ans, s’agace Emanuel Loeb, président de l’Intersyndicat national des internes des hôpitaux (ISNIH).

www.reseauprosante.fr
Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 5 heures
a rejoint le réseau CH de Die Drôme Rhône-Alpes
 
il y a 7 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 22 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau AP-HP Hôpital Beaujon.
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux