Se connecter
Chargement ...

INTERVIEW. Pourquoi "le cœur artificiel reste un succès"

Publié le
Vendredi 11 Avril 2014 à 12:31

Malgré le décès de Claude Dany, 75 jours après avoir reçu une bioprothèse cardiaque de la société française Carmat - une première mondiale -, cette expérience est considérée comme un succès. Pourquoi ?

Le cœur artificiel Carmat devrait être prochainement implanté sur d'autres patients. (MEIGNEUX/SIPA)Le cœur artificiel Carmat devrait être prochainement implanté sur d'autres patients. (MEIGNEUX/SIPA)
PARTAGER

À LIRE AUSSI

Sciences et Avenir : Quels étaient les objectifs de cette greffe ?

Olivier Hoffman : Il s'agit d'une étude sur la faisabilité d'une greffe de prothèse cardiaque bioartificielle chez des malades en insuffisance cardiaque terminale. Leur espérance de vie n'est que de quelques semaines à quelques mois. Le critère d'évaluation principal de cette bioprothèse est la survie à 30 jours. Ce premier patient a survécu 75 jours, ce qui en soi est déjà très positif.

Olivier Hoffman, président du
Collège national des
cardiologues français

Sciences et Avenir : Quels étaient les risques ?

Olivier Hoffman : Que la prothèse n'irrigue pas correctement tout le corps. Mais les bulletins de santé réguliers du patient ne l'ont pas laissé suspecter. Quant à l'enjeu principal, c'est le risque de thrombose [formation d'un caillot sanguin suite au contact avec des matériaux non biologiques], normalement écartée grâce aux matériaux biologiques du cœur Carmat.

Sciences et Avenir : Le Pr Carpentier, à l'origine de cette bioprothèse, a évoqué un "court-circuit" ayant arrêté net le cœur. Qu'en pensez-vous ?

Olivier Hoffman : Un dysfonctionnement de la prothèse elle-même peut effectivement être à l'origine de la mort. Mais tant que la société Carmat n'a pas analysé les raisons de ce décès et ne les a pas communiquées à l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), ce sujet n'a pas lieu d'être abordé publiquement. Carmat est une société cotée en Bourse, il y a beaucoup d'argent en jeu, une communication chaotique pourrait se révéler dangereuse. Il faut garder en tête qu'avant d'être transplanté, ce patient de 76 ans présentait un état de santé très dégradé. Il peut avoir contracté une infection ou avoir subi une hémorragie digestive à cause du traitement anticoagulant administré les premières semaines. L'avoir maintenu en vie plus de deux mois est déjà un succès.

Propos recueillis par E. Gillet

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
 
a créé un nouveau document
 
 
 
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau AP-HP Hôpital Beaujon.
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux