Se connecter
Chargement ...

Acné et qualité de vie : qu’en est-il ?

Publié le
Jeudi 24 Avril 2014 à 10:35
Télécharger

L’acné est une pathologie cutanée le plus souvent primitive, d’une grande fréquence, atteignant préférentiellement les adolescents et adultes jeunes des deux sexes, toutes ethnies confondues.

 

Sa prévalence est variable

Chez les enfants et adolescents français âgés de 11 à 18 ans, il y a une prévalence globale de l’acné de 72 % à 76 %. Le visage est préférentiellement atteint (95,5 % des sujets acnéiques), le dos et le cou moins fréquemment atteints (43,4 % et 20 %). Les lésions rétentionnelles toucheraient 72,8 % des sujets, avec un pic de fréquence plus précoce chez les filles. La prévalence des cicatrices augmenterait avec l’âge et serait plus importante chez les garçons, tout comme les lésions qui seraient, chez eux, significativement plus sévères et plus nombreuses (en particulier les lésions inflammatoires superficielles).

 

Les causes de l’acné

En l’état actuel des connaissances, il n’y a aucune certitude sur les causes premières de l’acné. La responsabilité du facteur génétique ou du stress font l’objet de controverses scientifiques. L’hygiène, l’environnement, l’alimentation et la qualité de vie, à des degrés divers peuvent influer plus ou moins directement sur l’apparition des symptômes cutanés. Les facteurs hormonaux sont également prépondérants : plus fréquents chez l’homme jeune, avec une relative exacerbation chez la femme durant les menstruations. Le stress est considéré comme un facteur aggravant ainsi que le tabagisme. Le bronzage épaissit la peau et aggrave l’acné, malgré une amélioration transitoire en début d’exposition. De même, l’exposition permanente à un milieu chaud et humide favorise l’éruption (« acné tropicale »). L’alimentation peut être sélectivement considérée comme un facteur aggravant. En effet, si manger du chocolat, de la charcuterie ou des aliments riches en lipides n’entraînerait pas d’acné, en revanche il semble exister un lien entre l’acné et la consommation d’aliments à index glycémique élevé et la consommation de lait. Ces produits sont soupçonnés d’agir par le biais de l’hormone IGF-1 qui stimule entre autres la synthèse d’androgènes et la prolifération des cellules des glandes sébacées.

 

 

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 25 min
a rejoint le réseau CSSR de Caudebec
 
il y a 25 min
vient de créer un nouveau réseau CSSR de Caudebec
 
il y a 10 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 12 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 15 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 16 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 17 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 17 heures
 
il y a 17 heures
 
il y a 17 heures
 
 
il y a 18 heures
a mis à jour le réseau Centre Hospitalier JEAN PIERRE FALRET
 
il y a 18 heures
a créé un nouveau document
 
 
il y a 18 heures
vient de créer un nouveau réseau Centre Hospitalier JEAN PIERRE FALRET
 
a créé un nouveau document
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux