Se connecter
Chargement ...

La médecine générale, une vraie spécialité

Publié le
Jeudi 19 Septembre 2013 à 19:37

La réforme de l'internat, en 2004, a fait de la discipline une spécialité. Déjà, en 2002, la communauté généraliste européenne avait établi un consensus sur sa définition.

 

Pr Bernard Gay (médecin généraliste, département de Médecine générale – Université Victor Segalen – Bordeaux II – 146, rue Léo Saignat – 33076 Bordeaux. Courriel : [email protected]).

Avec la réforme de l'internat et son remplacement en 2004 par les Epreuves classantes nationales (ECN), la médecine générale accède au statut de spécialité à part entière. Elle est désormais offerte au choix des étudiants selon leur rang de classement aux ECN, déterminant ainsi la spécialité qu'ils exerceront à la fin de leur formation. Cette évolution n'est pas seulement honorifique, mais traduit une reconnaissance professionnelle, qui fait suite à la reconnaissance universitaire depuis la création des départements universitaires de médecine générale.

 

La médecine générale est-elle une vraie spécialité ?

Pendant longtemps, la définition de la médecine générale est restée floue. Une première conception faisait état d'une partie de chaque spécialité dont la juxtaposition constituerait un ensemble homogène. La médecine générale serait une spécialité « patchwork », dont le savoir serait issu d'une compilation d'un petit peu de savoir sur tout.

Une autre perception, au nom de l'unicité de la médecine, parlait de la mise en pratique d'un même savoir dans un autre lieu. La médecine générale serait une discipline d'exercice, dont le contenu théorique ne serait pas différent de celui des spécialités mais dont les conditions d'application seraient particulières.

Ces deux modèles étaient réducteurs : ils ne permettaient pas d'authentifier l'identité de la médecine générale et « empruntaient » son contenu à d'autres spécialités. Or il existe un contenu spécifique de la médecine générale à travers des démarches diagnostiques et des stratégies thérapeutiques particulières à la pratique en soins primaires.

Le terme de « spécialité » ne doit pas être compris comme « spécial », c'est-à-dire concernant un champ particulier de la médecine, ce qui irait à l'encontre de l'approche globale caractérisant la médecine générale.

Il faut entendre le terme de « spécialité » comme « spécifique », c'est-à-dire correspondant à un contenu bien identifié différent de celui des autres spécialités.

 

La médecine générale est-elle différente ?

La communauté généraliste européenne a établi en 2002 un consensus sur la définition de la médecine générale (1) : c'est une discipline scientifique et universitaire, avec son contenu spécifique de formation, de recherche, de pratique clinique, et ses propres fondements scientifiques ; c'est aussi une spécialité clinique orientée vers les soins primaires.

Ses caractéristiques ont été décrites :

  • premier contact avec le système de soins ;
  • approche centrée sur le patient ;
  • consultation personnalisée par la relation médecin-patient ;
  • continuité des soins par le suivi au long cours ;
  • coordination des ressources du système de soins ;
  • démarche décisionnelle déterminée par la prévalence et l'incidence des maladies en soins primaires ;
  • prise en charge simultanée de plaintes et de pathologies multiples ;
  • intervention au stade précoce et non différencié des maladies ;
  • promotion et éducation pour la santé ;
  • action spécifique de santé publique ;
  • réponse globale aux problèmes de santé.

 

Les médecins généralistes ont-ils des tâches spécifiques ?

Les médecins généralistes sont des spécialistes formés aux principes de cette spécialité. Ils sont le médecin traitant de chaque patient, chargés de dispenser des soins globaux et continus à tous ceux qui le souhaitent, indépendamment de leur âge, de leur sexe et de leur maladie.

Ils soignent les personnes dans leur contexte familial et culturel, dans le respect de leur autonomie. Ils ont une responsabilité professionnelle de santé publique envers la collectivité. Dans la négociation des modalités de soins avec leurs patients, ils intègrent les dimensions physique, psychologique, sociale, culturelle et existentielle, mettant à profit la connaissance et la confiance engendrées par des contacts répétés.

Les médecins généralistes remplissent leur mission soit directement, soit en collaboration avec les autres spécialistes, en fonction des besoins de santé et des ressources disponibles dans leur environnement professionnel.

 

Conclusion

La reconnaissance professionnelle de la médecine générale comme spécialité contribue à son positionnement dans le système de santé. Les médecins généralistes occupent une place privilégiée dans le système de distribution des soins. Il reste à espérer une reconnaissance financière identique à celle des autres spécialistes. 

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 20 min
a mis à jour le réseau Mairie d'Angervilliers
 
il y a 2 heures
a rejoint le réseau Mairie de Carpentras
 
il y a 2 heures
vient de créer un nouveau réseau Mairie de Carpentras
 
il y a 3 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 7 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 7 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 7 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 7 heures
a rejoint le réseau AP-HP HEGP
 
il y a 7 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 8 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 19 heures
a rejoint le réseau Pôle Emploi
 
il y a 22 heures
a mis à jour un document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau CHU de la Réunion
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau Mairie d'Allanche
 
vient de créer un nouveau réseau Mairie d'Allanche
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
  • 1/1

Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux