Se connecter
Chargement ...

Stratégie nationale de santé : vers un nouveau modèle

Publié le
Lundi 30 Septembre 2013 à 12:16

Le gouvernement a présenté le 23 septembre dernier sa Stratégie nationale de santé. Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche, et Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, ont détaillé un programme qui découle pour l'essentiel du rapport du Comité des sages présidé par Alain Cordier. Il vise en premier lieu à réorganiser le système de santé à partir des soins de santé primaires, en équipe, autour du médecin généraliste traitant qui joue un rôle moteur dans l'organisation du parcours de soins des patients. Il propose également de favoriser l'accès aux soins en généralisant le tiers payant chez le médecin traitant. Il engage une politiquevolontariste axée sur la prévention et la réduction des inégalités sociales de santé. Enfin, il entend développer la filière universitaire de formation de médecinegénérale.

La médecine générale de proximité, qui assure l'essentiel des soins de santé primaires, a pour tâche de délivrer des soins curatifs, de mettre en œuvre la prévention, le dépistage et l'éducation à la santé. En lien avec l'hospitalisation, lasanté mentale, la santé au travail, la protection maternelle et infantile, la santé scolaire, le secteur social, l'organisation de ce premier recours conditionne largement l'efficacité du système de santé.

La Stratégie nationale de santé contient des pistes susceptibles de corriger les dysfonctionnements de notre système de santé, qui demeure trop cloisonné, essentiellement curatif et très centré sur l'hôpital, avec un enseignement hospitalo-universitaire qui ignore les soins primaires et la médecine générale. Ces derniers sont absents de l'hôpital, de l'université et de "l'élite culturelle médicale"qui a piloté l'internat de médecine jusqu'en 2004. La médecine française depuis 1958 s'est appuyée sur une spécialisation croissante centrée sur la maladie et sur l'organe malade.

Elle a certes permis des progrès importants. Mais l'évolution des besoins de santé des Français - avec l'explosion des maladies chroniques, le vieillissement de lapopulation, les pathologies multiples -, nécessite de se recentrer sur la personne, en privilégiant la coordination par le médecin traitant d'un parcours organisé et cohérent. La prise en charge des patients devra de plus en plus être organisée par des équipes de professionnels de santé de proximité qui prendront en charge toutes les situations qui ne nécessitent pas le recours à l'hospitalisation. Ces équipes doivent être " aspécialisées ", polyvalentes, organisées autour des besoins de santé des individus et de la population. Ce modèle de prise en charge des malades, qui prend appui sur des équipes de soins primaires autour du médecin traitant, constitue la base de la réorganisation proposée dans la Stratégie Nationale, avec un médecin traitant choisi librement par la population - dans 99% des cas un médecin généraliste -.

La France a donc décidé à son tour d'appliquer ce modèle cohérent recommandé par l'Organisation Mondiale de la Santé. Ce modèle est nécessaire pour améliorer des résultats de santé qui ne sont pas homogènes pour toutes les catégories socio-professionnelles, la France étant le dernier pays de l'Europe des 15 pour les inégalités sociales de santé. Il est aussi nécessaire pour maîtriser nos dépenses de santé, par un usage approprié des moyens disponibles.
Cette évolution implique un changement dans la conception de nos métiers, avec un travail en équipe plutôt qu'un travail isolé, en liaison avec les autres intervenants de la santé et du secteur social. Dans leur contenu également : infirmière clinicienne, fonction de coordination du médecin généraliste, de conseil thérapeutique du pharmacien. Cette évolution se traduira par un plus grand respect des compétences professionnelles de chacun.

L'évolution de nos métiers s'inscrit aussi dans la territorialité qui est un socle géographique, mais aussi un lieu d'initiative pour les équipes de soins primaires. Il appartiendra aux acteurs de proximité de proposer une organisation adaptée à leur pratique et aux ressources locales, sans modèle unique. Dans le dialogue avec les ARS, cette réforme doit promouvoir la proximité, au service de laquelle doivent se positionner les pouvoirs publics.

Les annonces du gouvernement doivent se traduire en mesures concrètes dont les professionnels de proximité pourront se saisir. Le tiers payant est un outil, mais son succès nécessite d'être simple et fiable pour les professionnels. Le travail en équipe nécessite des moyens. La politique de prévention qui vise les jeunes, implique le choix d'un médecin traitant par les parents dès la naissance. Pour former les futurs généralistes, il faut des nominations de professeur de médecine générale à l'université. La mutualisation du risque santé doit rester la base de son financement. Le gouvernement doit donc transformer l'essai par des décisions concrètes et rapides dès la loi de financement de la sécurité sociale pour 2014, puis dans la prochaine loi de Santé publique. Alors seulement, le discours de Marisol Touraine sera compris par les professionnels de santé et permettra ainsi une " révolution " constructive et nécessaire, celle des soins primaires.

 

Source : Le Monde

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 3 heures
a rejoint le réseau CH de Die Drôme Rhône-Alpes
 
il y a 5 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 20 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
il y a 2 jours
a créé un nouveau document
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux