Se connecter
Chargement ...

S’installer en campagne, les internes répondent « pourquoi pas », mais pas ou très peu en libéral

Publié le
Mardi 15 Avril 2014 à 16:48

Lu 1677 fois

Parmi Anne-Gaëlle, Abdel, Joëlle, Maxime et Pierre-Henri (), seul Maxime n’envisage pas une installation en campagne. Et parmi les autres, seul Abdel se voit en libéral, et encore… à mi-temps. - C. L.

Parmi Anne-Gaëlle, Abdel, Joëlle, Maxime et Pierre-Henri (), seul Maxime n’envisage pas une installation en campagne. Et parmi les autres, seul Abdel se voit en libéral, et encore… à mi-temps. - C. L.

Devant la pénurie annoncée des médecins en campagne, nous avons interrogé des internes en médecine pour connaître leurs souhaits.

 

 

Pour le deuxième semestre 2013, 63 internes (*) ont été affectés dans les hôpitaux et chez des généralistes de l'Yonne. Une manière pour eux de découvrir leur futur métier et le rythme de vie hors des CHU (Centres universitaires hospitaliers).

Alors qu'ils sont actuellement internes à l'hôpital d'Auxerre, Anne-Gaëlle, Joëlle et Abdel se voient bien travailler « à la campagne ».

Interne en cardiologie, « où les postes auxerrois sont pris tout de suite, grâce à la réputation du service », Anne-Gaëlle trouve Auxerre très agréable mais lui reproche son manque d'accessibilité par le train. S'y installer serait « possible » pour la jeune femme, qui ne déborde cependant pas d'enthousiasme à cette idée. Abdel, également en cardiologie, bien que sa spécialité soit la médecine générale, a fait « tout [son] internat dans l'Yonne. Un vrai choix en raison de la proximité de Paris. » Alors qu'il lui reste trois semaines de stage à faire, il se verrait bien exercer un mi-temps dans un hôpital de l'Yonne et un mi-temps de remplaçant en libéral à travers la France, « pour découvrir d'autres régions ».

Joëlle, elle, est ravie de son service d'accueil auxerrois, « qui donne envie… Mais il est à Auxerre. En fait, il ne faudrait pas avoir d'attache ailleurs », explique l'interne dont l'ami est généraliste à Chalon-sur-Saône (71). Elle tient donc à s'en rapprocher.

 

Maxime, interne anesthésiste apprécie les « plus » des formations en hôpitaux périphériques (comme Auxerre, Sens, Mâcon, Chalon, Beaune…), « plus d'autonomie, de temps, de disponibilité des équipes médicales ». Pour autant, aucun d'entre eux ne l'attire, pas même Auxerre. « Non, je cible plutôt une grande ville, et plutôt en clinique. »

Enfin, Paul-Henri Bonnot, Auxerrois de naissance, étudie la médecine depuis dix ans et plus spécialement la néphrologie. Interne à Dijon, il passera sa thèse en octobre. Dans sa promotion, il estime qu'au moins la moitié, voire les deux tiers voulait faire de la médecine générale. « Et je pense qu'au final, la plupart sont restés en Bourgogne. » Lui se voit bien travailler dans un hôpital périphérique, « en fonction des opportunités et des perspectives d'évolution ».

Pour Paul-Henri, l'une des raisons qui font hésiter les généralistes à s'installer seuls en cabinet, « c'est l'absence totale de formation sur la fiscalité, l'administratif ». L'aspect « sacerdotal » aussi (lire ci-contre), freine les ambitions campagnardes des futurs médecins.

(*) Source ARS de Bourgogne.

Catherine Lambertini

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 10 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 14 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
il y a 19 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 21 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 22 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 22 heures
a rejoint le réseau FONDATION ILDYS
 
il y a 22 heures
vient de créer un nouveau réseau FONDATION ILDYS
 
il y a 23 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 23 heures
a créé un nouveau document dans Secrétaire médicale - RÉSEAU SOCIAL PUBLIC
 
il y a 23 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a rejoint le réseau CH Andrée Rosemon
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux