Se connecter
Chargement ...

Quand la science-fiction anticipe la médecine de demain

Publié le
Vendredi 17 Janvier 2014 à 14:45
Leonard Nimoy, à droite, inoubliable Spock de la série Star Trek avec un tricordeur.Leonard Nimoy, à droite, inoubliable Spock de la série Star Trek avec un tricordeur.

Et si la médecine de "Star Trek" devenait réalité ? Les auteurs d’oeuvres d’anticipation donnent libre cours à un imaginaire médical fascinant. Ils inventent un monde de biotechnologies visionnaire au point d’inspirer la recherche scientifique.

 

C’est un petit boîtier, parsemé de diodes colorées, rempli d’électronique et d’autres merveilles technologiques. À peine plus encombrant qu’un téléphone portable, cet ustensile se nomme le « tricordeur médical ». En l’approchant à portée de souffle de son patient, pour scanner son corps endolori, le médecin peut établir un infaillible diagnostic ! Pour l’heure, le tricordeur n’existe pas. Seuls les fans du docteur McCoy et de la série de science-fiction Star Trek, apparue sur les écrans en 1966, sont coutumiers de cette inestimable invention qui côtoie, dans cet univers du XXIIIe siècle, l’« hypospray », une seringue dénuée d’aiguille, ou l’« exoscalpel », un outil d’incision...

Ouvrez toutefois vos oreilles moins pointues que les esgourdes de Spock, l’officier scientifique du vaisseau Enterprise : le tricordeur pourrait bientôt devenir une réalité ! Un concours a été lancé en janvier 2013 par la fondation X Prize et la société Qualcomm pour inciter les équipes scientifiques à concevoir un « appareil mobile de diagnostic », inspiré de Star Trek. Les résultats seront dévoilés en 2015. Les vainqueurs, récompensés par 10 millions de dollars, devront fabriquer un tricordeur capable de détecter 15 maladies ! 

L’imaginaire médical irrigue la science-fiction. Que l’on se souvienne, par exemple, du film le Voyage fantastique, réalisé en 1966 par Richard Fleischer. Dans ce long métrage, qui préfigurait déjà l’irruption des nanorobots, des scientifiques réduits à des tailles infimes étaient projetés à l’intérieur d’un corps pour détruire un caillot de sang dans le cerveau : ils se déplaçaient dans les organes au sein d’un sous-marin miniaturisé, le Proteus, injecté dans la jambe du patient ! 

« Ce qui se passe de nos jours en médecine a été exploré depuis plusieurs dizaines d’années ! constate Olivier Girard, créateur et rédacteur en chef de l’excellente revue Bifrost, dédiée aux mondes imaginaires. La science-fiction présente la mise en situation des perspectives sidérantes de la médecine du futur, avec ce qu’elles ont d’enthousiasmant ou de terrifiant. La SF n’est ni spécialement pessimiste, ni particulièrement béate. Les auteurs se posent des questions philosophiques, morales, éthiques ou politiques sur des problèmes cruciaux. Comment transmettre la vie ? Une machine dotée de souvenirs doit-elle être considérée comme “humaine” et donc être soumise à la loi ? Les nantis qui possèdent les sciences médicales avancées ne détiennent-ils pas un levier de pouvoir considérable ? » 

Des organes artificiels aux nanotechnologies, du cyborg (ou organisme cybernétique, pourvu de puces ou de prothèses mécaniques) à la recherche de l’immortalité, les auteurs actuels explorent l’ensemble du spectre médical et des sciences. « Même si l’on ne peut être exhaustif, j’ai le sentiment que la science-fiction aborde aujourd’hui assez fréquemment les domaines de la biologie et de la bio-ingénierie. »

Ce sont notamment les champs explorés, par les écrivains de hard science (en référence aux « sciences dures »), comme les Américains Greg Bear et William Gibson, l’Anglais Christopher Priest ou l’Australien Greg Egan. Ce dernier, à travers notamment trois recueils de nouvelles –Axiomatique, Radieux et Océanique, publiés aux éditions Le Bélial –, défriche par le biais de la physique et de la biologie les territoires du clonage, de l’homme « augmenté », de la mémoire et de sa transmission…

À quoi pourrait ressembler ce futur anticipé ? Si l’on en croit Greg Egan, il sera évidemment possible de reconstruire les corps grâce au clonage – les femmes pouvant abriter le cerveau de leurs compagnons dans leurs ventres durant cette phase de travaux ! –, de modifier sa personnalité grâce à des implants cérébraux, de façonner des cerveaux synthétiques, d’enfanter des bébés qui s’autodétruiront à l’âge de 4 ans, de créer des copies numérisées d’un être humain… Si ce monde-là procure déjà des migraines, le tricordeur de Star Trek sera d’une précieuse aide pour se soigner !

Pour aller plus loin

> Retrouvez notre dossier complet sur la médecine de demain dans l'édition n° 3568 de La Vie, datée du 16 janvier, disponible en version numérique en cliquant ici

Commentaires
Ajouter un commentaire

Articles Suggérés
Dernières notifications du site
il y a 18 heures
a mis à jour un document
 
il y a 18 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 20 heures
a rejoint le réseau Secrétaire Médicale
 
il y a 20 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 20 heures
a créé un nouveau document
 
il y a 20 heures
a créé un nouveau document
 
 
 
il y a 20 heures
vient de créer un nouveau réseau Recherche poste de secrétaire médicale
 
il y a 22 heures
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
il y a 2 jours
a créé un nouveau document
 
a créé un nouveau document
 
il y a 3 mois
a rejoint le réseau CHS La Candélie
 
il y a 3 mois
a mis à jour un document
 
  • 1/1
Fédération Hospitalière de France
Fédération des Etablissements Hospitaliers & d'Aide à la Personne
resah idf
UniHA
What's Up Doc, partenaire de Réseau Pro Santé
Vidal.fr - La base de données en ligne des prescripteurs libéraux